…Quatre trappeurs libres font route vers le « Rendezvous »

…Quatre trappeurs libres font route vers le « Rendezvous »…

 18

… L’orage s’était éloigné et il était temps pour nous de reprendre la route. Nos chevaux et notre mule, loin d’être épuisés, nous menèrent à bon train jusqu’au petit lac que Jim et Nathaniel connaissaient bien. Comme la viande venait à manquer et que nous devions refaire quelques réserves, Étienne et moi-même avons suggéré qu’il serait prudent de s’installer pour les 2 nuits suivantes dans cette petite vallée giboyeuse… Au 3ème jour, après avoir refait les stocks, nous reprîmes la route vers le « rendezvous »…

84

Le « Rendezvous »

Depuis le début du XVIIème siècle, la présence et l’influence des Canadiens Français, dans la Grande Louisiane puis aux États-Unis, furent considérables. C’est pour cela qu’il n’est pas rare de trouver dans le langage courant américain bon nombre de mots, très rarement modifiés, issus de notre petit Robert !

Ashley et Henry à l’initiative du 1er « Rendezvous »

Les négociants en fourrures William Ashley et Andrew Henry de Saint-Louis veulent être les premiers à entreprendre à grande échelle la trappe dans les montagnes rocheuses et du même coup, ruiner leurs rivaux de la Compagnie des Fourrures du Missouri. En février 1822, ils décident de recruter. Voilà ce que l’on pouvait lire dans les journaux locaux de la main de William Ashley : « …Aux jeunes gens entreprenants, je soussigné cherche 100 hommes pour remonter le Missouri jusqu’à sa source et y travailler une, deux ou trois années… ». Presque tous les hommes qui, dans les décennies suivantes, vont façonner l’image du trappeur, font partie de cette expédition qui quittera Saint-Louis le 8 mai 1822…Parmi les plus connus : Jedediah Smith, Jim Bridger, Nathaniel Weth, James Clyman, David Jackson, les Frères Sublette, Tom Fitzpatrick, Hugh Glass…

85

Durant l’hiver 1822-1823, basés près de l’embouchure de la Rivière Yellowstone, Andrew Henry et son groupe de trappeurs accumulent une quantité considérable de fourrures. Il en est de même pour William Ashley qui, accompagné de Jedediah Smith, seront dans un poste avancé près de l’embouchure de la Musselshell River, très riche en castors. En 1824, les 2 groupes se retrouveront sur la Green River pour une campagne de trappe incroyable ! Durant l’hiver, les 91 trappeurs de l’entreprise Ashley – Henry auront accumulé plus de 6000 fourrures !

90

1825, le 1er « Rendezvous »

En 1823 et 1824, les fourrures feront le voyage vers Saint-Louis mais cela déplaît de plus en plus aux hommes des montagnes qui trouvent ce voyage trop long et dangereux. C’est pour cette raison qu’en juillet 1825, Ashley et Henry organisent aux pieds des Rocheuses le 1er grand rassemblement commercial. Le 1er « Rendezvous » est né, celui de Henry’s Fork. Au début de l’été, tous sont présents: les Marchands venus de Saint-Louis, les Indiens, les Trappeurs libres, les 91 Trappeurs de l’entreprise Ashley-Henry et même les Dissidents de la Baie d’Hudson qui ont rompu leurs contrats avec la Compagnie Britannique. Le Mountain Man James Beckwourth décrit ces festivités : « …Chansons, danses, beuveries, tirs, lancers, courses et toutes autres extravagances que les hommes blancs et les indiens peuvent inventer ! »

Green River, le dernier « Rendezvous »

En 1840, année charnière de la traite, le cours des fourrures est au plus bas. Les peaux qui étaient expédiées vers l’Europe en quantité considérable, ne trouvent plus preneurs. Le chapeau en feutre de castor est désormais passé de mode ! Dans la décennie suivante, une grande majorité de trappeurs décidera d’abandonner le piégeage pour se convertir au métier de guide et accompagner les nombreux émigrants vers l’Oregon ou la Californie. D’autres choisiront le métier d’éclaireur au sein de l’armée américaine.

The Rocky Mountain « Rendezvous » 1825-1840

Henry’s Fork, Wyoming, 1825
Cache Valley, Utah, 1826 et 1831
Sweet Lake, Utah, 1827 et 1828
Pierre’s Hole, Idaho, 1829 et 1832
Ham’s Fork, Wyoming, 1834
Popo Agie River, Wyoming, 1830 et 1838
Green River, Wyoming, 1833, 1835, 1836, 1837, 1839,et 1840

A-J. Miller_Greeting_the_Trappers A-J. Miller : Greetings the Trappers

…Vers le « Rendezvous » les 29, 30 et 31 août 2014…

Nous avons réalisé ce voyage de 45 kms dans les Hautes Corbières au pied du Pech de Bugarach (Aude), un parcours où le relief et la diversité de la flore en font une très belle destination.
Les Trappeurs : Jim, Nathaniel, Étienne, Jean-Baptiste et son épouse Louise.
Les montures : Irma, Titus, Elsa, Ryad et la mule Cléopâtre.

Remerciements

À Jim et Nathaniel pour nous avoir confié leurs belles et douces juments,  Ryad et Elsa.
À Nicole, Émilie et Daniel PAUL pour leur aide précieuse et leur accueil chaleureux au cœur de la réserve de chasse du Bouchard.
À Monsieur CHAPPAL, propriétaire de Cléopâtre, notre jolie et docile mule de bât.

Jean-Baptiste.

Retrouvez l’intégralité du reportage photo ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :